Pegasus : le président français Macron identifié comme cible de logiciels espions

21 juillet 2021 à 08h10 - 163 vues

Le président français Emmanuel Macron est l'un des nombreux dirigeants mondiaux soupçonnés d'avoir été la cible de piratage téléphonique à l'aide de logiciels espions, selon les médias.


Le logiciel, connu sous le nom de Pegasus, infecte les téléphones et permet aux opérateurs d'espionner leurs cibles.
Les dirigeants figurent sur une liste de quelque 50 000 numéros de téléphone de personnes susceptibles d'intéresser les clients de la société israélienne NSO Group. La liste a été divulguée aux principaux organes de presse.
NSO nie tout acte répréhensible.
Il dit que le logiciel est destiné à être utilisé contre les criminels et les terroristes.
Il dit qu'il n'est mis à la disposition que des militaires, des forces de l'ordre et des agences de renseignement ayant de bons antécédents en matière de droits humains.

LIRE AUSSI : MACRON VEUT NORMALISER ENFIN DES RELATIONS AVEC RWANDA?


L'enquête initiale qui a conduit aux rapports – par l'ONG basée à Paris Forbidden Stories et le groupe de défense des droits humains Amnesty International – était « pleine d'hypothèses erronées et de théories non corroborées », a déclaré le groupe basé en Israël.
Les rapports font partie d'une série d'articles de presse suggérant que des milliers de personnalités ont été ciblées.

Le journal français Le Monde rapporte que les services de renseignement marocains ont identifié un téléphone que M. Macron utilisait depuis 2017.
Le Maroc a nié être client du fabricant israélien de Pegasus.
Être sur la liste ne signifie pas que le logiciel a été utilisé mais cela signifie que la personne était une cible potentielle.
Il n'est pas clair si le logiciel a déjà été installé sur le téléphone du président français.
Les chiffres sur la liste divulguée incluraient également ceux du président irakien Baram Salih et du sud-africain Cyril Ramaphosa, ainsi que les actuels premiers ministres du Pakistan, d'Égypte et du Maroc, et le roi du Maroc.
Plus de 600 responsables gouvernementaux et politiciens de 34 pays figurent sur la liste.
La présidence française a déclaré que si les révélations étaient vraies, elles seraient très graves.

6007d11ce3f8b2.17317179.png (1.64 MB)

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article